« La composition d’une œuvre désigne à la fois son élaboration, ses parties et leur agencement, autant dire son tout, mais vu sous un angle particulier : comme un assemblage. Or, elle règle aussi et surtout les allures : le lecteur est emporté, pris dans le défilé des lieux et des scènes ; il subit la scansion des affects, les changements de régime, les variations de vitesse et de lumière ; il éprouve dans le temps la forme du texte. Comment traiter de la composition sans rien perdre de ce mouvement ? » Telle est la question cardinale pour l’analyse des textes posée par Michel Charles dans un nouvel essai, sobrement intitulé Composition (Seuil, coll. « Poétique »). L’équipe Fabula vous invite à lire un extrait du « Post-scriptum » de l’ouvrage en exclusivité dans l’Atelier de théorie littéraire : « La composition et l’analyse des textes » .

Lire l'article sur son site