Régulièrement placée au cœur de l’actualité, la « question animale » dessine un tournant culturel majeur, et peut-être civilisationnel. S’il s’exprime prioritairement par une interrogation anthropologique sur les frontières traditionnellement posées entre humains et non-humains, entre nature et culture, cet ébranlement mobilise les sciences exactes, sociales et humaines depuis la biologie et l’éthologie jusqu’à la philosophie et la littérature. Un récent colloque tenu à l’Université Paris 8 est venu montrer que la sémiotique est aussi investie dans le bouillonnement intellectuel provoqué par ce regain d’intérêt pour les animaux : il s’agissait d’interroger l’existence, sinon d’une énonciation, du moins d’une expression et d’une sémiose animales qu’il nous faut apprendre à recevoir et à comprendre, à respecter et à analyser. Fabula en accueille aujourd’hui les actes parmi ses Colloques en ligne, sous le titre « La parole aux animaux » .

Lire l'article sur son site