Couv Noces ChymiquesUn texte majeur de l’ésotérisme : Alchimique, spiritualiste, magique, poétique, symbolique ; d’une très grande qualité littéraire. Se procurer le livre

Un soir, quelque temps avant Pâques, j’étais assis devant ma table et je m’entretenais, selon mon habitude, longuement avec mon Créateur, dans une humble -prière. Je méditais profondément les grands secrets, que le Père de la Lumière, dans sa majesté, m’a laissé contempler en grand nombre, plein du désir de préparer dans mon cœur un pain azyme sans tache, avec l’aide de mon agneau ‘de Pâques bien-aimé Soudain le vent vint à souffler avec tant de violence qu’il me sembla que la montagne dans laquelle ma demeure était; creusée, s’écroulerait sous la rafale.

——————–

Puis je me préparai au voyage ; je me vêtis de ma robe de lin blanche et je ceignis un ruban couleur de sang passant sur les épaules et disposé en croix. J’attachai quatre rosés rouges à mon chapeau, espérant que tous ces signes distinctifs me feraient remarquer plus vite dans la foule. Comme aliment, je pris du pain, du sel et de l’eau ; j’en usai par la suite dans certains cas, à plusieurs reprises, non sans utilité, en suivant le conseil d’un sage.

———————–

 Sois joyeux, cher petit oiseau ;

Pour louer ton créateur

Élève ta voix claire et fine,

Ton Dieu est très puissant ;

II t’a préparé ta nourriture

Et te la donne juste en temps voulu,

Sois satisfait ainsi.

Pourquoi donc serais-tu chagrin,

Pourquoi t’irriter contre Dieu

De t’avoir fait petit oiseau ?

Pourquoi raisonner dans ta petite tête

Parce qu’il ne t’a pas fait homme ?

Oh ! tais-toi, il a profondément médité cela,

Sois satisfait ainsi.

Que ferais-je, pauvre ver de terre

Si je voulais discuter avec Dieu ?

Chercherais-je à forcer l’entrée du ciel

Pour ravir le grand art par violence ?

Dieu ne se laisse pas bousculer ;

Que l’indigne s’abstienne.

Homme, sois satisfait.

S’il ne t’a pas fait empereur

N’en soit pas offensé ;

Tu aurais peut-être méprisé son nom

Et de cela seul il se soucie.

Les yeux de Dieu sont clairvoyants ;

Il voit au fond de ton cœur

Donc tu ne le tromperas pas.

Et mon chant, partant du fond de mon cœur se répandit à travers la forêt en résonnant de toutes parts. Les montagnes me répétèrent les dernières paroles au moment où, sortant de la forêt, j’entrais dans une belle prairie. Sur ce pré s’élançaient trois beaux cèdres dont les larges rameaux projetaient une ombre superbe. Je voulus en jouir aussitôt car malgré que je n’eusse pas fait beaucoup de chemin, j’étais accablé par l’ardeur de mon désir ; je courus donc aux arbres pour me reposer un peu.

Mais en approchant de plus près j’aperçus un écriteau fixé à un arbre et voici les mots écrits en lettres élégantes que je lus :

« Étranger, salut : Peut-être as-tu entendu parier des Noces du Roi, dans ce cas, pèse exactement ces paroles : Par nous, le Fiancé t’offre le choix de quatre routes, par toutes lesquelles tu pourras parvenir au Palais du Roi, à condition de ne pas t’écarter de sa voie. La première est courte, mais dangereuse, elle passe à travers divers écueils que tu ne pourras éviter qu’à grand peine ; l’autre, plus longue, les contourne, elle est plane et facile si à l’aide de l’aimant tu ne te laisse détourner, ni à droite, ni à gauche. La troisième est en vérité la voie royale, divers plaisirs et spectacles de notre Roi te rendent cette voie agréable. Mais à peine un sur mille peut arriver au but par celle-là. Par la quatrième, aucun homme ne peut parvenir au Palais du Roi, elle est rendue impossible car elle consume et ne peut convenir qu’aux corps incorruptibles. Choisis donc parmi ces trois voie...

Share