Des «livres qu’on laisse battants comme des portes» écrivait André Breton dans Nadja . C’est aux livres mouvants, ouverts à la poésie, à la peinture, au dessin, au cinéma ou à la photographie que s’est intéressée la journée d’études «Le livre en mouvement: poésie et arts visuels aux XXème et XXIème siècles.», organisée par Jeanne Bacharach et Élisa Sclaunick à l’Université Paris Diderot, le 7 octobre 2016. Les Colloques en ligne de Fabula en accueillent aujourd’hui les actes .