Diabolo Nouvelles d’hier

15.00 

Visite étrange d’un homme discret mais insistant aux allures de représentant de commerce : « Comment ça, vous me proposez de faire un bilan ? » …
« Je n’ai pas dis « un bilan » mais « le » bilan ». Et que dire du petit monde de ce bistrot, digne d’un film de Michel Audiard, où dans cette société ouvrière des années quarante, chacun a ses codes, ses valeurs, dans un drame quotidien et permanent qui nous renvoie à la source des luttes pour le progrès social ?
Après avoir parcouru les premières pages, vous serez comme enivrés par cet univers de sens et d’images que Lucien crée pour nous et qui nous nous plonge malgré nous, dans la réalité poignante d’un passé pas si lointain aux étranges résonnances d’actualité.

Description

EXTRAITS

L’odeur du bistrot c’est quand même autre chose. Quand il rentrait comme aujourd’hui, sur le coup de cinq heures et demie six heures, c’est là qu’il avait vraiment l’impression de rentrer chez lui. Dans le bistrot.

————–

– Vous vous méprenez. Mon langage est on ne peut plus naturel. Vous êtes une personne unique comme chacun est unique. Il n’existe pas deux individus rigoureusement semblables. Je peux vous dire en toute modestie, que j’en parle en parfaite connaissance de cause. Mais revenons à notre propos. Vous êtes marié, vous avez deux enfants. Je veux dire avec votre épouse.

– Bien sûr. Pourquoi cette question?

– Ce n’est pas une question. Je sais que vous êtes marié, que vous avez deux enfants avec votre femme.

  • Avec votre femme! Qu’entendez-vous par là?

– Vous en avez également d’autres avec des femmes différentes. Il est probable que vous ne le savez pas vous-même. En tous cas pas pour tous.

– Comment cela, d’autres enfants? C’est complètement idiot. Et qui vous autorise à avancer de telles extravagances.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Diabolo Nouvelles d’hier”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *