Mi-anges, mi-démons

10.00 

« Maralpins », c’est déjà curieux. Que dire de « maralpines »?

Non, ce n’est pas l’une des bizarreries tout droit sorties de la bouche du Capitaine Haddock, c’est le nom des habitants des Alpes Maritimes.

Ces veinards bénéficient à la fois du soleil, de la mer et de la montagne. La nature les a-t-elle façonnés à son image ? Sont ils aussi bons qu’elle est belle ?

Ces 7 récits imaginaires mettent en scène des habitants d’Antibes, Nice, Menton, Villars sur Var, Levens, Le Rouret. Leur point commun est de dévoiler des failles bien cachées sous des apparences flatteuses. Qui n’en a pas ? Ni vous, ni moi, non ? Où que nous habitions d’ailleurs…

Les nouvelles sont agrémentées de peintures aux couleurs aussi chaudes que le tempérament des maralpins.

Description

L’auteur

Didier Amouroux, diplômé de Sciences Po Paris, a laissé derrière lui l’écriture professionnelle inhérente aux postes à responsabilité qu’il a occupés. Il a publié en 2014 des « Contes solaires » dont le premier a été récompensé par un prix dans le département du Var. En 2015, son premier roman retrace le parcours initiatique d’une jeune femme à travers « Dix Petite France ». Les hasards de l’édition et des rencontres avec des libraires sont l’occasion d’éditer ses deux derniers livres la même année 2016: « Rêveries Cévenoles », sélectionné par le prix « Cabri d’or « sans le remporter, peut se lire comme un court roman ou comme un recueil de nouvelles, selon le rythme et le goût des lectrices et lecteurs; « Vérités dérobées » est un roman plus long, riche d’émotions sur fond de secrets de famille et d’intrigues à travers le monde (ce roman est actuellement présélectionné par les jurys de deux concours destinés aux adolescents).

La peintre

Elisabeth Pujolle signe ses tableaux Eli, comme les trois premières lettres de son prénom et/ou comme celles d’elliptique? La question peut être posée, elle aussi introduit plein de sous entendus derrière la beauté qu’elle imagine.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Mi-anges, mi-démons”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *