Transmédia, storytelling, marques : trois mots clés qui résonnent si bien ensemble !

Qu’Evalir met en musique si bien, ici et connecte au storytelling personnel.

Le storytelling et la marque

Une marque pourrait se définir comme une histoire qui nous accompagne au long de notre vie, une compagne familière, un « je me souviens » à la Georges Pérec.

D’ailleurs, citons quelques extraits :

Je me souviens de 1515.

Je me souviens du cadeau Bonux disputé avec ma sœur dès qu’un nouveau paquet était acheté.

Je me souviens des Malabars achetés chez la confiseuse au coin de la rue.

Je me souviens de l’odeur enivrante des livres, à la rentrée scolaire.

Je me souviens des «points» de la COOP à coller pour obtenir des lots.

Je me souviens de Nounours, Pimprenelle et Nicolas, du Marchand de Sable et de leur « Bonne nuit les petits ».

Je me souviens des Compagnons de la Chanson.

Il ne s’agit pas tellement de nostalgie, mais de présence. De points de repères qui sont là, dans notre vie, à la limite de la conscience, prêts à revenir, à soutenir notre envie d’être, notre continuité d’être, tout simplement.

A la limite de la conscience, la marque nous raconte une part de nous-mêmes.

 

Le transmédia et la marque

La marque accepte tous les supports pour dire son histoire, elle les recherche. Elle souhaite se raconter partout. En mots et en images, en humour et en ambiances de luxe, en vidéos sur Youtube ou Dailymotion, entre amis sur Facebook, dans les livres et les films… Car la marque se raconte d’abord dans notre tête, et c’est pourquoi, quand on l’aime, nous souhaitons la retrouver aux quatre coins de notre vie. Nous souhaitons qu’elle nous surprenne, qu’elle apparaisse comme par magie, qu’elle nous accompagne, que l’on s’identifie fièrement à ce qu’elle nous conte.

Vous imaginez bien ce que Les Éditions du Désir et Evalir peuvent faire pour votre marque !

Share